Lire et écouter la Bible

Ecouter Galates chapitre 4

[audio src=/wp-content/plugins/lire-la-segond21/mp3/048_Galates/048_Galates_04.mp3]

4 Voici ce que je veux dire: aussi longtemps que l’héritier est un enfant, il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit le maître de tout:
2 il est soumis à des tuteurs et à des administrateurs jusqu’au moment fixé par son père.
3 Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions des enfants, nous étions esclaves des principes élémentaires qui régissent le monde.
4 Mais, lorsque le moment est vraiment venu, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi,
5 pour racheter ceux qui étaient sous la loi afin que nous recevions le statut d’enfants adoptifs.
6 Et parce que vous êtes ses fils, Dieu a envoyé dans votre coeur l’Esprit de son Fils qui crie: «Abba! Père!»
7 Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier de Dieu par Christ.

L’inquiétude de Paul pour les Galates

2Co 11.2-3×2 Corinthiens 11.2-3 2 En effet, je suis jaloux de vous, de la jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux pour vous présenter à Christ comme une vierge pure.
3 Cependant, de même que le serpent a trompé Eve par sa ruse, j’ai peur que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité [et de la pureté] vis-à-vis de Christ.

8 Autrefois vous ne connaissiez pas Dieu, vous serviez des dieux qui par nature ne le sont pas.
9 Mais maintenant que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment pouvez-vous retourner à ces principes élémentaires sans force et sans valeur auxquels vous voulez vous asservir encore?
10 Vous faites très attention aux jours, aux mois, aux saisons et aux années!
11 J’ai peur d’avoir inutilement travaillé pour vous. 12 Frères et soeurs, je vous en supplie, soyez comme moi, car moi aussi j’ai été comme vous. Vous ne m’avez fait aucun tort
13 mais, vous le savez, c’est à cause d’un problème physique que je vous ai annoncé l’Evangile pour la première fois.
14 Et mis à l’épreuve par mon corps, vous n’avez montré ni mépris ni dégoût; au contraire, vous m’avez accueilli comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ lui-même.
15 Où donc est l’expression de votre bonheur? En effet, je vous rends ce témoignage: si cela avait été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner.
16 Suis-je donc devenu votre ennemi en vous disant la vérité? 17 Le zèle que ces gens manifestent pour vous n’est pas pur, mais ils veulent vous détacher de nous afin que vous soyez zélés pour eux.
18 Il est beau d’avoir constamment du zèle pour ce qui est bien, et pas seulement quand je suis présent parmi vous. 19 Mes enfants, j’éprouve de nouveau les douleurs de l’accouchement pour vous, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous.
20 Je voudrais être en ce moment auprès de vous et pouvoir changer de ton, car je suis dans l’embarras à votre sujet.

Les deux descendances d’Abraham

(Gn 16×Genèse 16.1-1616 Saraï, la femme d’Abram, ne lui avait pas donné d’enfants, mais elle avait une servante égyptienne du nom d’Agar. 2 Saraï dit à Abram: «Voici que l’Eternel m’a rendue stérile. Aie des relations avec ma servante: peut-être aurai-je par elle des enfants.» Abram écouta Saraï.
3 Alors Saraï, la femme d’Abram, prit l’Egyptienne Agar, qui était sa servante, et elle la donna pour femme à son mari Abram, 10 ans après l’installation d’Abram dans le pays de Canaan. 4 Il eut des relations avec Agar et celle-ci tomba enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris.
5 Saraï dit à Abram: «L’injure qui m’est faite retombe sur toi. C’est moi qui ai mis ma servante dans tes bras, mais quand elle a vu qu’elle était enceinte, elle m’a regardée avec mépris. Que l’Eternel soit juge entre toi et moi!»
6 Abram répondit à Saraï: «Ta servante est en ton pouvoir. Traite-la comme tu le jugeras bon.» Alors Saraï maltraita Agar, de sorte que celle-ci s’enfuit loin d’elle.
7 L’ange de l’Eternel la trouva près d’une source d’eau dans le désert, près de la source qui est sur le chemin de Shur.
8 Il dit: «Agar, servante de Saraï, d’où viens-tu et où vas-tu?» Elle répondit: «Je m’enfuis loin de Saraï, ma maîtresse.» 9 L’ange de l’Eternel lui dit: «Retourne vers ta maîtresse et humilie-toi sous son pouvoir.»
10 Puis l’ange de l’Eternel lui affirma: «Je multiplierai ta descendance. Elle sera si nombreuse qu’on ne pourra pas la compter.»
11 L’ange de l’Eternel lui dit: «Te voici enceinte. Tu mettras au monde un fils à qui tu donneras le nom d’Ismaël, car l’Eternel t’a entendue dans ton malheur.
12 Il sera pareil à un âne sauvage. Sa main sera contre tous et la main de tous sera contre lui. Il habitera en face de tous ses frères.»
13 Elle donna à l’Eternel, qui lui avait parlé, le nom d’Atta-El-Roï car elle dit: «Ai-je vu ici la trace de celui qui me voit?»
14 C’est pourquoi l’on a appelé ce puits le puits de Lachaï-Roï. Il se trouve entre Kadès et Bared.
15 Agar donna un fils à Abram, et celui-ci appela Ismaël le fils qu’Agar lui donna.
16 Abram était âgé de 86 ans lorsque Agar lui donna Ismaël.
; 21×Genèse 21.1-3421 L’Eternel intervint en faveur de Sara comme il l’avait dit, il accomplit pour elle ce qu’il avait promis:
2 Sara tomba enceinte et donna un fils à Abraham dans sa vieillesse, au moment fixé dont Dieu lui avait parlé.
3 Abraham appela Isaac le fils qui lui était né, que Sara lui avait donné.
4 Il circoncit son fils Isaac lorsqu’il fut âgé de 8 jours, comme Dieu le lui avait ordonné.
5 Abraham était âgé de 100 ans à la naissance de son fils Isaac. 6 Sara dit: «Dieu m’a donné un sujet de rire et tous ceux qui l’apprendront riront de moi.»
7 Elle ajouta: «Qui aurait osé dire à Abraham: ‘Sara allaitera des enfants?’ Pourtant, je lui ai donné un fils dans sa vieillesse.»
8 L’enfant grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré. 9 Sara vit rire le fils que l’Egyptienne Agar avait donné à Abraham.
10 Alors elle dit à Abraham: *«Chasse cette esclave et son fils, car le fils de cette esclave n’héritera pas avec mon fils, avec Isaac.»
11 Cette parole déplut beaucoup à Abraham parce que c’était son fils.
12 Cependant, Dieu dit à Abraham: «Que cela ne te déplaise pas à cause de l’enfant et de ton esclave. Quoi que te dise Sara, écoute-la, car *c’est par Isaac qu’une descendance te sera assurée.
13 Je ferai aussi une nation du fils de l’esclave, car il est ta descendance.»
14 Abraham se leva de bon matin. Il prit du pain et une outre d’eau qu’il donna à Agar et plaça sur son épaule. Il lui remit aussi l’enfant et la renvoya. Elle s’en alla et se perdit dans le désert de Beer-Shéba.
15 Quand l’eau de l’outre fut épuisée, elle laissa l’enfant sous un des arbrisseaux 16 et alla s’asseoir vis-à-vis, à la distance d’une portée d’arc, car elle se disait: «Je ne veux pas voir mourir mon enfant!» Elle s’assit donc vis-à-vis de lui et se mit à pleurer tout haut.
17 Dieu entendit les cris de l’enfant. L’ange de Dieu appela Agar depuis le ciel et lui dit: «Qu’as-tu, Agar? N’aie pas peur, car Dieu a entendu les cris de l’enfant là où il se trouve.
18 Lève-toi, relève l’enfant et tiens-le par la main, car je ferai de lui une grande nation.» 19 Dieu lui ouvrit les yeux et elle vit un puits. Elle alla remplir l’outre d’eau et donna à boire à l’enfant.
20 Dieu fut avec l’enfant. Celui-ci grandit, habita dans le désert et devint tireur à l’arc. 21 Il s’installa dans le désert de Paran et sa mère prit pour lui une femme égyptienne.
22 A cette époque-là, Abimélec, accompagné de Picol, le chef de son armée, dit à Abraham: «Dieu est avec toi dans tout ce que tu fais.
23 Jure-moi maintenant ici, au nom de Dieu, que tu ne me tromperas pas, ni moi, ni mes enfants, ni mes petits-enfants, et que tu feras preuve envers moi et envers le pays où tu séjournes de la même bonté que moi envers toi.»
24 Abraham dit: «Je le jurerai.» 25 Il fit toutefois des reproches à Abimélec au sujet d’un puits dont les serviteurs d’Abimélec s’étaient emparés de force. 26 Abimélec répondit: «J’ignore qui a fait cela. Tu ne m’en avais pas informé et moi-même, je n’en entends parler qu’aujourd’hui.»
27 Abraham prit des brebis et des boeufs qu’il donna à Abimélec, et ils conclurent tous les deux une alliance.
28 Abraham mit à part sept jeunes brebis. 29 Abimélec dit à Abraham: «Qu’est-ce que ces sept jeunes brebis que tu as mises à part?» 30 Il répondit: «Tu accepteras ces sept brebis de ma part, afin que cela me serve de témoignage que j’ai creusé ce puits.»
31 C’est pourquoi on appelle cet endroit Beer-Shéba: parce que c’est là qu’ils prêtèrent tous les deux serment.
32 Ils conclurent donc une alliance à Beer-Shéba. Puis Abimélec se leva avec Picol, le chef de son armée, et ils retournèrent dans le pays des Philistins.
33 Abraham planta des tamaris à Beer-Shéba, et là il fit appel au nom de l’Eternel, le Dieu d’éternité.
34 Abraham séjourna longtemps dans le pays des Philistins.
)

21 Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, ne comprenez-vous pas la loi?
22 En effet, il est écrit qu’Abraham a eu deux fils, un de la femme esclave et un de la femme libre.
23 Mais celui de l’esclave est né par volonté humaine, et celui de la femme libre est le fruit de la promesse.
24 Ces faits ont une valeur allégorique, car ces femmes représentent deux alliances. L’une vient du mont Sinaï et donne naissance à des esclaves: c’est Agar.
25 En effet, Agar, c’est le mont Sinaï en Arabie, et elle correspond à la Jérusalem actuelle qui vit dans l’esclavage avec ses enfants.
26 Mais la Jérusalem d’en haut est libre, c’est elle qui est notre mère.
27 De fait, il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n’as pas eu d’enfant! Eclate de joie et pousse des cris de triomphe, toi qui n’as pas connu les douleurs de l’accouchement! En effet, les enfants de la femme délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme mariée.
28 Nous, frères et soeurs, comme Isaac nous sommes les enfants de la promesse.
29 Le fils né par volonté humaine persécutait alors celui qui était né grâce à l’Esprit, et il en va de même maintenant encore.
30 Mais que dit l’Ecriture? Chasse l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la femme libre.
31 Ainsi, frères et soeurs, nous ne sommes pas les enfants de l’esclave, mais de la femme libre.