La Bible à 1,50 € s'arrache, Le Parisien, 14 janvier 2008

Imprimer

La Bible à 1,50 € s'arrache

Le Parisien.fr

Depuis sa sortie en septembre, 200 000 Bibles à 1,50 € se sont vendues, surtout en grandes surfaces. Autant que l'ensemble des autres éditions du livre sacré en un an ! Elle va être rééditée. Le prix n'est pas la seule explication...

Parisien, 14.1.08C'EST UN RECORD . En quatre mois - de septembre à décembre 2007 -, la Bible éditée par la Société biblique de Genève s'est vendue à 200 000 exemplaires en France. Chiffre impressionnant dans un pays où il se vend, toutes éditions confondues, 200 000 exemplaires du livre sacré par an. La clé d'un tel engouement s'explique d'abord et avant tout par un prix très modique : 1,50 €. L'éditeur, dont le slogan publicitaire clame «Le trésor de l'humanité... au prix d'un café», peut se féliciter d'avoir trouvé un bon filon, même s'il assure que cette Bible low cost lui fait «gagner peu d'argent». Seule ambition affichée par Jean-Pierre Bezin, directeur de la Société biblique de Genève, maison d'édition protestante : «Faire connaître la Bible à ceux qui ne l'ont encore jamais lue.»

«Nous avons décidé d'offrir ce texte qui a changé notre vie»


Le succès est tel - 500 000 exemplaires vendus en quatre mois en France, au Canada, en Belgique, en Suisse et en Afrique francophone - qu'un nouveau tirage de 200 000 livres est prévu en février. Accompagnée de deux cartes d'Israël et du Moyen-Orient et d'une introduction présentant brièvement l'Ancien et le Nouveau Testament et donnant quelques conseils de lecture succints, cette édition à bas prix est une nouvelle traduction des textes originaux en hébreu et en grec avec les mots d'aujourd'hui. «Les phrases sont plus courtes et le vocabulaire plus accessible, explique Jean-Pierre Bezin. Au lieu par exemple de parler d'un peuple au cou raide , nous traduisons par peuple réfractaire au commandement de Dieu».

Vendue à la Fnac et dans les hypermarchés (Auchan, Cora, Leclerc), cette Bible de petit format, dont les 822 pages sont imprimées sur papier recyclé, est aussi distribuée dans les librairies religieuses (comme la Procure, place Saint-Sulpice à Paris) et les églises protestantes, à l'occasion notamment de fêtes. «Nous avons décidé d'offrir ce texte qui a changé notre vie pour le faire découvrir aux autres», explique Mickaël Cornelius, agent hospitalier de 38 ans, protestant évangélique, qui a eu l'idée d'en faire cadeau à la centaine d'invités présents à son mariage en novembre dernier. Pratiquement personne n'a dédaigné le présent «alors que la moitié de nos invités ne croient pas en Dieu ou n'ont pas d'engagement spirituel», témoigne sa femme Valérie, cadre dans une banque.

Le livre sacré est-il en train de devenir un objet de grande consommation ? Notant que «la Bible est vendue à prix coûtant depuis longtemps aux Etats-Unis», Frédéric Lenoir, directeur du mensuel le Monde des religions, observe que cet engouement ne touche pas que les férus de religion (lire l'encadré) .

La formule fait d'ailleurs des émules. L'Alliance biblique française (ABF) publiera mi-février une édition de la Bible en format de poche, très accessible, y compris aux «personnes qui n'ont pas de bagage biblique», souligne Bernard Coyault, secrétaire général de l'ABF. Cette nouvelle Bible pas chère et «à gros tirage» sera vendue 3,50 € en librairie et à la Fnac.

Source: Le Parisien