La Bible à prix discount fait un tabac dans les grandes surfaces, Le Figaro, 30 novembre 07

Imprimer

La Bible à prix discount fait un tabac dans les grandes surfaces

En publiant une Bible à 1,50 euro et en la diffusant dans les supermarchés, la Société biblique de Genève crée la polémique.

Sophie de Ravinel
29/11/2007 | Mise à jour : 21:42

«Le trésor de l’humanité… au prix d’un café.» C’est «l’original» de la Bible «avec les mots d’aujourd’hui», vendue à 1,50 euro. Une opération hard discount révélée par l’hebdomadaire protestant Réforme et menée tambour battant par la Société biblique de Genève. Après avoir édité 550 000 exemplaires en français d’une traduction protestante classique – «la Segond 21» –, elle s’apprête, au vu du succès, à en éditer de nouveau 200 000 en janvier. Sur ces exemplaires, 150 000 ont été diffusés sur la France, dont 20 000 dans la grande distribution.

Chez Auchan, le groupe le plus accueillant, 11 000 bibles ont été placées en tête des gondoles du rayon librairie. «Le tarif est attractif, le produit est classique, c’est une offre intéressante pour nos clients», arguë-t-on à la direction de la communication. On n’y possède pas encore de retour sur les ventes. Mais chez Leclerc où 650 exemplaires ont été mis en vente, 500 sont déjà partis dans le panier de la ménagère… «En diffusant dans les supermarchés , avoue Jean-Pierre Bezin, patron de la Société biblique de Genève, nous cherchons l’achat instinctif.» Dans un Caddie de plusieurs dizaines d’euros, trois petites pièces de cinquante centimes d’euro ne pèsent en effet pas très lourd. M. Bezin veut faire lire la Bible «au plus grand nombre». Il se dit «frappé par le succès inespéré». Par «les critiques» aussi, qui lui tombent dessus comme à Gravelotte.

«C’est du n’importe quoi commercial»

Certaines d’entre elles viennent de quelques éditeurs catholiques comme Nicolas-Jean Sed, patron dominicain du Cerf. «Cette Société biblique de Genève est fondamentaliste», tempête-t-il. «Ce sont des dissidents des sociétés bibliques protestantes internationales et ils veulent déstabiliser tout un marché», ajoute celui qui édite la Bible de Jérusalem et la Traduction œcuménique de la Bible (TOB) dont les prix planchers respectifs sont de 13 euros et 18 euros. «L’opération financière de cette Société biblique est pour le moins opaque, ajoute-t-il. C’est du n’importe quoi commercial pour faire triompher des idées d’intégristes…»

Contre cette attaque, Jean-Pierre Bezin présente un argument «de poids». En France, cette bible a en effet été éditée en collaboration avec les éditions catholiques Salvator et, dit-il, «on n’a jamais vu de protestants fondamentalistes travailler avec des catholiques…»

Des publicités sont aussi parues dans des journaux catholiques comme La Croix ou Famille chrétienne. Directeur général de la librairie La Procure, François Maillot avoue que la Bible au prix du café se vend «plutôt bien». Cinquante exemplaires ont été vendus en novembre dans la librairie parisienne. Elle n’est pourtant pas franchement mise en avant.

Du côté de l’Alliance biblique française, vénérable institution protestante du XIXe siècle, on tord un peu le nez… «Vendre la Bible à 1,50 euro, explique Bernard Coyault, le directeur, c’est sous-estimer le travail intellectuel qui se trouve derrière les traductions. La vendre dans les supermarchés «c’est faire de la Bible un produit de grande consommation». Pourtant, «sans vouloir faire de la surenchère», l’Alliance va elle aussi éditer une Bible à petit prix dès janvier. Traduite en français «fondamental», c’est-à-dire très simple à lire, elle sera vendue 3 euros. «Un prix qui correspond au pouvoir d’achat des Français.»

Source: Le Figaro