Univers de la Bible

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

La Bible Française : une traduction ... mais de quel texte ? - Les partisans du texte majoritaire

Envoyer Imprimer
Index de l'article
La Bible Française : une traduction ... mais de quel texte ?
La critique textuelle
Les textes de base de l'Ancien Testament
Les textes de base pour le Nouveau Testament
Les partisans du texte minoritaire
Les partisans du texte majoritaire
La position de la Société Biblique de Genève
Toutes les pages

Les partisans du texte majoritaire

  1. La circulation du texte majoritaire a été particulièrement importante dans les régions de l'Empire romain où les livres du NT sont arrivés en premier et où l'Eglise était florissante: Ephèse, Corinthe, Galatie, Philippes, Colosses et d'autres endroits qui allaient appartenir, plus tard, à l'Empire byzantin. Le texte minoritaire n'a jamais connu de large circulation dans l'Eglise. Les manuscrits de ce groupe diffèrent non seulement d'avec le texte majoritaire mais aussi entre eux. Entre le Vaticanus et le Sinaïticus, on répertorie pas moins de 3000 différences rien que dans les Evangiles. Par ailleurs, il arrive que le codex Vaticanus appuie le texte majoritaire contre le codex Sinaïticus, ou que le codex Sinaïticus appuie le texte majoritaire contre le codex Vaticanus.
  2. Ceux qui critiquent le texte majoritaire mettent l'accent sur le fait que peu de ses manuscrits sont anciens; à quoi l'on peut rétorquer que c'est exactement ce que l'on est en droit d'attendre d'un texte constamment remplacé. On peut considérer que, si le texte minoritaire ancien a survécu, c’est parce qu’il était peu employé et a circulé en Egypte où le climat sec a contribué à la conservation des supports. En outre, des papyri anciens ont montré que bien des leçons du texte majoritaire sont aussi anciennes que celles des manuscrits minoritaires.
  3. Un des facteurs qui contribuent à garantir la transmission fidèle d’un texte, c’est la compétence dans la langue originale. Une traduction parfaite étant impossible, c'est le grec qui doit être consulté. Un manuscrit copié par un scribe ne connaissant pas la langue qu'il transcrit est mauvais. En Egypte, l'usage du grec était déclinant, déjà au début de l'ère chrétienne et, de ce fait, les compétences des copistes dans cette langue déclinaient aussi. Le Vaticanus contient de nombreuses omissions ou répétitions, ce qui indique que le copiste était peu soigneux.
  4. Le texte minoritaire contient des erreurs manifestes, que l’on peut considérer comme des traces d’une activité éditoriale qui a corrompu le texte ou, au minimum, comme des traces de négligence:
    Matthieu 1.7, 10: Deux rois inexistants figurent dans la généalogie de Jésus, Asaph et Amos. Le texte majoritaire porte les noms corrects, à savoir Asa et Amon.
    Lc 23.45: Il y a une erreur scientifique avec la mention d'une éclipse du soleil à la mort du Christ, impossible pendant la pleine lune. Le texte majoritaire dit que le soleil fut assombri.
  5. Un autre facteur qui contribue à garantir la transmission fidèle d’un texte, c’est, l'accès aux manuscrits autographes. C'est dans un délai de 100 ans qu'il était possible de confronter une copie à un original, et ce seulement si l'on ne se trouvait pas trop loin de l'endroit où était conservé cet autographe. On peut donc penser que la qualité des copies devait être plus élevée dans la région proche de l'autographe, et décroître au fur et à mesure de l'éloignement géographique. Or les autographes devaient se trouver en Asie Mineure, en Grèce, à Rome et peut-être dans la future Palestine, mais aucun n'avait de raison d'être à Alexandrie, et le centre de gravité de l'Eglise a très vite cessé de se trouver dans la région d’Israël pour se déplacer vers l'Asie Mineure (cf. Apocalypse 2–3). En ce qui concerne l'Egypte, l'autographe le plus près pouvait se trouver à Jérusalem, et encore, ce devait être le cas avant 70 apr. J.-C. seulement (moment de la destruction de Jérusalem). La plus grande partie des autographes se trouvaient de l'autre côté de la mer. Ainsi donc, il est possible d'affirmer que les critères caractéristiques d'une transmission fidèle et de bonne qualité n'étaient pas réunis en Egypte. Le texte byzantin a plus de chances d'être fiable.
  6. Le codex Vaticanus peut être tenu pour une recension dont on peut retrouver les règles: préférer la leçon la plus courte et rendre toujours un sens pertinent en cas de difficulté. Cela est visible en Jean 3.13 avec l'omission de «qui est dans le ciel», le raccourci de Jean 14.4 «là où je vais vous savez le chemin» au lieu de «là où je vais vous le savez et vous savez le chemin», l'harmonisation de Matthieu 1.18 avec Matthieu 1.1 («origine… origine» au lieu de «origine… naissance», les deux mots étant très proches en grec). De même, le Vaticanus et le Sinaïticus ne contiennent pas la doxologie conclusive du Notre Père (Matthieu 6.13 «Car c’est à toi qu’appartiennent… Amen»).

Quelques exemples de variantes dans le NT

Luc 2.33
Texte majoritaire: Joseph et la mère de Jésus (litt. de lui) étaient émerveillés de ce qui était dit à son sujet.
Sinaïticus et Vaticanus: Son père et sa mère étaient émerveillés de ce qui était dit à son sujet.
Jean 7.8, 10
Texte majoritaire + Vaticanus: Vous, montez à cette fête. Moi je ne monte pas encore à cette fête parce que mon temps n’est pas encore accompli. … Alors lui-même y monta, non ouvertement mais comme en secret.
Sinaïticus: Vous, montez à cette fête. Moi je ne monte pas à cette fête parce que mon temps n’est pas encore accompli. … Alors lui-même y monta, non ouvertement mais en secret.
La leçon du codex Sinaïticus peut donner l’impression que Jésus est menteur, puisqu’il affirme ne pas monter à la fête avant de s’y rendre tout de même. Ici, le codex Vaticanus et le texte majoritaire sont d’accord…
1 Timothée 3.16
Texte majoritaire: Il est grand le mystère de la piété: Dieu est apparu dans une chair
Sinaïticus, Alexandrinus, Codex Ephraemi rescriptus: Il est grand le mystère de la piété: lui qui est apparu dans une chair
Vaticanus: manquent 1 Timothée à Philémon
Apocalypse 22.14
Texte majoritaire: Heureux ceux qui accomplissent ses commandements afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes dans la ville!
Sinaïticus, Alexandrinus: Heureux ceux qui lavent leurs robes afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes dans la ville!
Vaticanus: manque l’Apocalypse